Pinterest Twitter Youtube Facebook Facebook Alt Instagram Mail RS Close Arrow Right Small Arrow Right Small Arrow Left Arrow Left Carret down Carret Left Carret Right Search Burger color Star Store Pin Marker Pencil Pastel

Please rotate your device

CAPITALE(S) 60 ans d’art urbain à Paris

08.12.2022
 graffiti  ?  tag  ?  fresque  ?  façade  ?  street  art  ?  ou  simplement  art  ?! 

de l’art au street art

Paris, c’est le Louvre, Orsay, Le Centre Pompidou, le musée d’Art moderne, et d’autres institutions officielles qui consignent et montrent l’art, pour les touristes, les curieux et les Franciliens les moins pressés. De l’art que l’on définira de classique. Ce sont des toiles, des installations ou des concepts qui font la richesse culturelle de notre capitale et de notre pays.

En marge et depuis 60 ans, des artistes ont choisi d’exposer tout simplement dans la rue. Des slogans de mai 68 aux déclarations d’amour, en passant par des personnages dégingandés ou des affiches faites à la main, la rue est un médium et les murs sont devenus des médias. Les artistes se diversifient et le beau y trouve sa place, les artères parisiennes et chemins haussmanniens deviennent musées à ciel ouvert.

Dans le cadre de l’exposition CAPITALE(S) 60 ans d’art urbain à Paris de la Ville de Paris, participez à l’atelier POSCA x Monsieur Lebleu. L’artiste sera présent pour vous familiariser aux techniques du graffiti et du street art et vous conseiller lors de la customisation aux POSCA d’une bombe de spray. Un atelier upcycling ludique et facile pour petits et grands, à partir de 6 ans.

lien pour votre réservation (obligatoire)
26/11/2022
21/01/2023 – avec BERTHET
04/02/2023 – avec MONSIEUR LEBLEU & BERTHET

Merci de vous présenter à l’espace Paris Rendez-Vous, 29 rue de Rivoli, 75004 Paris, à l’heure de votre réservation.
Les places étant limitées, merci de nous prévenir en cas d’annulation : [email protected]

#ExpoCapitales
LES IMAGES DU PREMIER ATELIER SUR NOTRE SITE

 

l’expression plastique de la rue dès les années 60

Ils sont jeunes, ils se nomment Ernest Pignon-Ernest, Gérard Zlotykamien, qui s’attaque ci-dessus à un rideau de fer en costume trois pièces, Jacques Villeglé qui lacère des affiches ou encore Miss.Tic et Blek le Rat qui font du pochoir leur outil de prédilection. Mais ce sont peut-être les personnages blancs de Jérôme Mesnager qui attirent l’œil des institutions et des marchands. Un vent frais souffle sur l’art et la capitale s’en empare.

Au détour des 80’s, des noms nouveaux apparaissent, les années sont décomplexées et la spéculation s’infiltre dans le milieu. Certains en profitent et cet art de rue entre en galerie. Malgré tout, les créateurs resteront fidèles à celle qui les a promus et auront toujours la volonté de partager à l’air libre. Ils susciteront admiration, rencontres et dialogues. Culture de l’éphémère pour un art unique, déjà controversé, qui va démocratiser la création et la créativité.

⏫​ [BOMBES DE PEINTURE & MARQUEURS] ⏫​
Arcanes, Centre national des Archives de l’Art Urbain

[PHOTOS]
Tarek Ben Yakhlef, palissades du Louvre, Paris, 1985-1987

tags & grafs

Les années 80, c’est aussi l’occasion pour une frange de privilégiés qui regarde New York de s’adonner aux tags et aux fresques, illégaux, sur les murs et les sacro-saints wagons du métro parisien. En tête Bando, importateur de wild style et tous ses dérivés bombés, il est le précurseur, un prodige, une sorte de messie qui propage la bonne parole. Il suit la trace de ses pairs, de Futura à T-Kid 170, et va s’évertuer à développer un style européen.

La France va être fortement impactée par cette culture à ciel ouvert. Le graffiti, et le hip-hop en général, vont s’imposer dans les foyers avec cette fameuse émission de télé, H.I.P.H.O.P., en 1984, qui a déclenchée nombre de vocations. Et si aujourd’hui c’est devenu de l’art urbain, il n’a pas toujours été en odeur de sainteté, et à juste titre, comme en témoigne l’épisode de la station de métro Louvre, en 1991.

informations & réservations

De Banksy à Miss.Tic, en passant par Invader, C215, Kashink ou encore Seth, c’est plus de 70 artistes de street-art que vous pourrez (re-)découvrir dans l’exposition CAPITALE(S). Un enchainement de salles et un parcours didactique et chronologique qui refait l’histoire pour mieux comprendre l’ensemble des œuvres présentées. Des photos, des toiles, des installations et des interventions directement sur les murs, la mairie de Paris fait la part belle à ces arts urbains et ses acteurs, et comment ils ont élevé leur création au rang de culture. Mention spéciale à la GraffBox de Cristobal Diaz, une expérience immersive, sonore et visuelle avec des artistes qui s’expriment sur des parois en verre, fascinant.

Vous y verrez le travail de : Jacques Villeglé, Gérard Zlotykamien, Ernest Pignon-Ernest, Surface Active, Captain Fluo, Edmond Marie Rouffet, Blek le Rat, Miss.Tic, Vive La Peinture, Speedy Graphito, Jean Faucheur, Jérôme Mesnager, Mosko, Jef Aérosol, Bando, Ash, Jay0ne, SKKI, Keith Haring, Mambo, Nasty, Slice, Psyckoze, Lokiss, Shoe, Futura, A-One, Rammellzee, JonOne, André, Zevs, Dize, Invader, Shepard Fairey, JR, Vhils, Swoon, Banksy, C215, L’Atlas, YZ, Seth, Tarek Benaoum, El Seed, Ludo, Rero, Dran, O’Clock, Tanc, Lek, Sowat, Cristobal Diaz, Philippe Baudelocque, Levalet, Madame, Kashink, Vision, Pest, Greky, Sébastien Preschoux, Romain Froquet, Kraken, 9ème Concept, Les Francs Colleurs.

CAPITALE(S)
#ExpoCapitales
du 15 octobre 2022 au 11 février 2023
Hôtel de Ville de Paris (entrée par la rue Lobeau)

INFORMATIONS

SURVEILLEZ NOTRE COMPTE INSTAGRAM POUR LES ATELIERS POSCA AVEC MONSIEUR LEBLEU !

à découvrir