Pinterest Twitter Youtube Facebook Facebook Alt Instagram Mail RS Close Arrow Right Small Arrow Right Small Arrow Left Arrow Left Carret down Carret Left Carret Right Search Burger color Star Store Pin

Please rotate your device

The Playwall au Sénégal avec Diablos
& Ernesto Novo

20.11.2019
 Notre  salaire,  c'est  un  sourire  ! 

Delphine Buysse de l’association Alt Del a invité l’artiste Ernesto Novo au Sénégal pour réaliser des fresques, d’abord dans un hôtel, puis dans la rue d’un quartier populaire. Une expérience unique de partage, et une collaboration avec un artiste local, Diablos.

C’est Ernesto qui nous raconte son expérience, et malgré le fait que l’artiste passe son temps sur la route, sur d’autres continents ou alors dans une nacelle pour peindre une façade, il a été particulièrement enthousiasmé par ce voyage. Il explique : « J’ai été invité par Delphine qui s’occupe d’une association qui monte des projets en Afrique, je devais peindre un soir dans un hôtel Pullman, et profiter de l’occasion pour que le lendemain j’aille en ville, dans le quartier de la médina, pour faire un mur. » Ernesto précise que ces moments de couleurs sont en collaboration avec un artiste local, à cette occasion son partenaire était Diablos, « il a trente ans, c’est un tueur ! »

Ernesto aime passer de longs moments dans la rue, et avoir une relation particulière avec un artiste du cru. « Travailler avec Diablos, c’est avant tout de la bienveillance et de la discussion. On fait des croquis, on échange des idées et quand on est au point, on s’y met ! »

Ce genre de projet, c’est avant une immersion là où personne ne va, pas de touristes, pas d’étrangers ne passe dans ce quartier. L’artiste nous en dit plus sur cette étape : « Les gens du quartier sont très touchés lorsqu’un artiste étranger leur rend visite, et vient peindre gratuitement. En plus, ils n’ont pas les moyens de repeindre les murs de leurs maisons, c’est en plus un coup de main utile. Ils viennent photographier le mur, ils sont très touchés, mais aussi très fiers qu’on les considère. »

Et quand on lui demande ce qu’il retire de ce moment, il exulte : « Notre salaire, c’est un sourire ! »

Delphine Buysse
Alt Del
Diablos
Les photographies sont de Mouhamed Diama Diop et Ludo Lemaire

à découvrir