Pinterest Twitter Youtube Facebook Facebook Alt Instagram Mail RS Close Arrow Right Small Arrow Right Small Arrow Left Arrow Left Carret down Carret Left Carret Right Search Burger color Star Store Pin Marker Pencil Pastel

Please rotate your device

Dans l’atelier de l’artiste Marko93 à Saint-Denis

31.01.2023
 RDV  au  6B,  fourmilière  créative  dyonésienne 

7000 m2 d’espaces de création

Il y a quelques temps, on est allé rendre visite à Marko dans son atelier de Saint-Denis, c’était pour une interview qui est sur ce site. Un privilège, et un moment fascinant, d’entrer dans l’antre d’un artiste, là où il se retrouve seul, uniquement pour réfléchir, digérer et créer. Voilà comment il nous présentait le vaste édifice, haut lieu créatif :

« On est au 6B qui est un ancien immeuble où se trouvait les bureaux de Alstom. C’est un bâtiment classé, ce qui fait qu’il ne peut pas être détruit. Le promoteur ne savait pas quoi en faire, ça n’était pas rentable de le réhabiliter, donc il a signé une convention avec une association qui s’appelle le 6B. L’asso gère une centaine d’ateliers, ça va du peintre au dessinateur, sculpteur, musicien, réalisateur… »

Et si on vous parle de nouveau de Marko, c’est tout simplement parce qu’il a été choisi pour faire partie des commissaires de l’exposition CAPITALE(S) qui se déroule en ce moment à l’Hôtel de Ville de Paris. Nous avons beaucoup aimé et POSCA a été invité à y animer des ateliers avec des artistes. C’est gratuit, il suffit tout simplement de s’inscrire pour la visiter.

Marko est une figure du graffiti français. Il est là depuis longtemps et fait partie des premiers à en avoir fait leur métier. À une époque où ça n’était pas vraiment concevable de vivre en tant que street artiste. Dans la discussion que nous avions eue avec lui, il nous avait confié son ressenti au moment où il a pris un atelier, après avoir passé des années dans la rue pas si simple se de retrouver entre quatre murs, même si on peut les peindre :

« On arrive fin 2000, et je prends cet atelier. Je me suis remis à la peinture et j’ai essayé de faire des toiles, ça a été difficile d’être satisfait. Je venais du mur, de l’extérieur, c’était pas évident de se retrouver dans une pièce devant un petit cadre. J’ai mis quatre ans à trouver mon style.

Depuis trois ans j’y prends enfin du plaisir. L’atelier ça permet d’essayer des nouvelles choses, de trouver des idées qui pourront me servir pour un mur ou un projet. Quand j’y vais je reste trois-quatre jours, je suis en immersion, je dors dans mon canapé et je travaille la nuit. Je suis dans mon environnement et je vis avec mes créations. Une fois j’y suis même resté six jours !

C’est aussi beaucoup de souffrance de créer dans l’atelier, mais j’aime quand même me mettre en danger. Si j’ai 30 toiles à faire pour une expo, il y en a 20 que je ferai en amont. Et je fais les dix dernières en trois jours, avec une bonne playlist et beaucoup de café ! Et à chaque fois que je rends les tableaux, le jour J je me dis : “Plus jamais ça !” »

https://www.instagram.com/marko93darkvapor/

 la  première  des  choses  c’est  l’émotion... 
 J’ai  pioché  dans  différents  alphabets  :  arabe,  kanjis,  et  même  l’écriture  mongole  verticale... 
à découvrir